Qui ? Quoi ?Assurances ... Où ?
zone autocompletion

Recherche par département : -- BASSE-NORMANDIE --

14 - Calvados | 50 - Manche | 61 - Orne

Vous recherchez une entreprise, vous souhaitez rentrer en relation directe avec une société, chercher un spécialiste de la santé, de l'immobilier, de la justice ou encore de la restauration ! Vous trouverez dans cet annuaire toutes les professions classées par secteur d'activité :
alimentationgastronomieartculturebeauté, bien-êtreemploiformation, enseignementimmobilier, informatiquehightechinternet, justice, droit, maisonhabitat,santéservices, business, shopping, modesorties, divertissementssports, tourismevie pratique.

La Basse-Normandie, région faiblement urbanisée qui attire les séniors

Avec 17 589 km², la Basse-Normandie couvre 3,2 % du territoire métropolitain et abrite 2,4 % de la population française. Au 1er janvier 2009, 1,471 million d’habitants y résident dont 46 % dans le Calvados. Depuis 1999, la population bas-normande croît en moyenne de 0,3 % par an, portée avant tout par l’excédent des naissances sur les décès.

Au sein de la région, seulement 14 villes comptent plus de 10 000 habitants et 2/3 des communes en rassemblent moins de 500. L’influence urbaine de la région s’accroît mais elle reste moins marquée qu’en métropole. Les espaces des grandes aires urbaines réunissent 64,5 % de la population contre 82,5 % au niveau national. Entre 1999 et 2009, les villes-centres des grandes aires urbaines enregistrent une baisse de leur population alors que leurs périphéries, qu’il s’agisse des couronnes ou des espaces multipolarisés, connaissent un essor démographique.

Si beaucoup de jeunes quittent la région pour poursuivre leurs études ou trouver un premier emploi, la Basse-Normandie accueille en revanche des retraités qui s’installent le plus souvent dans les communes rurales ou sur le littoral. Ces migrations, cumulées à l’effet générationnel du papy-boom contribuent au vieillissement progressif de la population. En 1990, les jeunes de moins de 25 ans représentaient 36,7 % de la population contre 30 % en 2009. Parallèlement, la part des seniors âgés de plus de 65 ans est passée de 14,2 % à 18 % sur la même période.

L’industrie agro-alimentaire, secteur phare de la région

Fin 2010, 581 100 personnes travaillent en Basse-Normandie (2,2 % de l’emploi métropolitain). Près de neuf actifs ayant un emploi sur dix sont salariés.

La région se caractérise par une spécialisation sectorielle assez marquée dans l’industrie et notamment dans l’agroalimentaire. Ce dernier regroupe 23 % des emplois du secteur industriel et constitue l’un des atouts majeurs de la région.

La Basse-Normandie se caractérise également par son caractère agricole : 4,7 % des emplois bas-normands relèvent du secteur primaire (2,4 % en métropole).

Le secteur tertiaire regroupe quand à lui 72 % de l’emploi régional contre 78 % en métropole. La région comble difficilement son retard dans ce secteur, notamment dans celui des services "haut de gamme" aux entreprises (services informatiques, services de conseil et d’assistance…).

Un contexte économique assez morose

La crise économique perdure et continue d’affecter le marché du travail bas-normand. En 2011, l’emploi se contracte alors qu’il augmente au niveau national. Le bâtiment ne semble pas se remettre de la crise immobilière de 2008 et subit de plein fouet la perte de ses effectifs salariés. Les secteurs du transport et du commerce souffrent également et les services marchands s’essoufflent. Par contre, l’industrie réussit à garder ses emplois après dix années de baisse continue.

Le repli de l’emploi s’accompagne d’une hausse du nombre de chômeurs. Le taux de chômage au 4ème trimestre 2011 atteint 8,8 % de la population active (9,4 % en France métropolitaine).

Des revenus faibles mais relativement homogènes

En 2009, au sens fiscal du terme, la moitié des ménages bas-normands dispose d’un revenu inférieur à 17 235 euros par unité de consommation. Ce revenu médian est l’un des plus bas de métropole. Par contre, le rapport entre les hauts et bas revenus est plus faible en Basse-Normandie qu’en métropole. Les disparités sont plus marquées parmi les jeunes ménages et au sein des villes de la région, lieux de plus forte mixité sociale.

X